Dérives sectaires

DÉRIVES SECTAIRES

 L’une de vos connaissances, parent ou ami proche a récemment changé de comportement depuis qu’elle est entrée dans une association philosophique et/ou religieuse. Ses parents, conjoint, enfants et amis ne la reconnaissent plus et s’inquiètent car ils la savent fragile psychologiquement depuis qu’elle est atteinte d’une grave maladie ou bien, qu’elle s’est retrouvée seule après une séparation, un divorce ou bien un décès. Tous se demandent si elle n’est pas sous l’emprise d’un groupement sectaire qui abuse de sa faiblesse.


Quelques symptômes :


Jour après jour, elle ne fait que parler de son groupe, elle a changé de langage, elle considère son entourage familial et ses amis trop « nuls » pour la comprendre.
Elle s’absente de plus en plus les week-ends pour des réunions et séminaires ; elle refuse de communiquer aux membres de sa famille de ce qu’elle apprend dans le groupe et ne tient pas à justifier toutes les dépenses ou dons particulièrement onéreux qu’elle fait pour son association.
Depuis qu’elle est dans ce groupement de gens, votre connaissance dilapide ses économies au point de ne plus pouvoir payer ses loyers ou charges qui lui incombent.
Son conjoint, ses parents proches semblent passer au second plan de sa vie ; désormais, rien n’est plus important pour elle que de retrouver ses nouveaux amis, « sa nouvelle famille » comme elle semble vouloir dire très souvent.

Il se peut que votre connaissance soit déjà sous l’emprise d’une association de ce type depuis de longues années et se rend compte de son erreur ; qu’elle a été manipulée par les dirigeants de ce groupe sectaire qui n’en voulait qu’à son argent.
Elle se rend compte qu’elle a été bernée, abusée, escroquée ; elle a besoin d’une aide extérieure ; on l’empêche semble-t-il de quitter le « groupe »,…elle ne sait comment s’en éloigner.

Vous-mêmes, vous vous reconnaissez dans ce discours ; vous avez été victime d’une secte. Vos proches parents et amis ont réussi à vous extraire de ce groupement de gens. Aujourd’hui, vous réalisez que toutes vos économies financières ont disparues parce que les dirigeants de ce groupe vous ont fait croire il y a quelques temps, que l’argent n’était pas nécessaire à la vie d’une seule personne mais qu’au contraire, qu’il vous fallait en faire profiter leur communauté.
Vous voulez en découdre avec le groupe, démontré que vous avez été escroqué et que d’autres personnes en sont victimes.

Il vous faut porter plainte, vous constituer partie civile dans un procès long et coûteux, il vous faut récupérer votre argent. Pour cela, il faut prouver que vous avez été abusé même si de par le passé, vous avez fait don de vos économies à la secte.

 

CE QU’IL FAUT SAVOIR

 Les périodes de crises font le lit des sectes ; cette recrudescence des sectes s’explique simplement par les crises que traversent nos sociétés aujourd’hui : crises sociales, financières, climatiques ou environnementales, morales et même religieuses.

Les sectes profitent de l’intérêt croissant des gens pour la santé. En effet, c’est souvent par le biais des médecines parallèles (gourou thérapeutiques, naturopathie, jeûne…) que les mouvements tentent d’approcher de nouvelles victimes. En général, ces dernières sont à surveiller parmi des populations à risques (mineurs, personnes âgées), ou les personnes vulnérables (malades atteints de cancer, handicapés, individu en rupture de lien familial).

L’Apocalypse est l’argument central des sectes. Leur moteur c’est le pouvoir financier ou sexuel et la domination de l’individu, à partir de thèmes récurrents et fondateurs, en particulier celui de l’Apocalypse, qui revient dans tous les mouvements.

Chaque région en France est concernée, mais les alertes diffèrent selon les époques.

En 2012, l’Aude faisait partie des départements sous haute-surveillance. Terre de prédilection pour les adeptes de l’ésotérisme à causes des châteaux Cathares ; c’est en particulier le village de Bugarach qui fut l’objet de toutes les attentions, l’endroit ayant été le seul lieu supposé être épargné par la fin du monde selon le calendrier maya ; fin du monde qui était prévue le 21 décembre 2012 et où de nombreuses personnes affluaient…

 Que vous soyez directement concerné par les abus d’une secte ou bien que l’une de vos connaissances en soit victime, il vous faut intervenir rapidement pour éviter un long processus d’embrigadement, difficilement réversible.

Il faut savoir que lorsque l’adepte devient critique au sein de son groupe, c’est-à-dire qu’il comprend alors qu’on abuse de sa personne, de sa faiblesse, de son argent, la loyauté régissant le groupe joue contre lui. Il régresse alors en grade et en responsabilités ; les autres membres de la secte le surveillent et on l’encadre davantage. Certains membres peuvent l’humilier et le traite en paria jouant sur sa culpabilité.

Certains dirigeants de groupes sectaires exercent des pressions très fortes sur les anciens adeptes
pour qu’ils ne témoignent jamais de ce qu’ils ont vécu à l’intérieur des sectes.
Déjà, vis-à-vis de la personne que vous aimez, que vous appréciiez malgré qu’elle ait changé, il ne faut jamais entamer de discussion sur des sujets qui fâche, sur la doctrine et l’idéologie ; ne vous laissez pas convaincre sans risquer d’avoir une attitude de rejet ou d’exaspération.

Rappelez-lui au contraire et ce par tous les moyens possibles (lettres régulières, coups de fil, cartes, invitations) et pendant des années s’il le faut, que vous êtes là et que vous l’aimez.
Ne cherchez pas à perdre sa trace, même s’il part à l’Etranger ; continuez à lui écrire. Il saura qu’il peut compter sur vous ou vous joindre quand il sera décidé à sortir du groupe.
Rappelez-lui de temps à autres ses intérêts d’autrefois, les amis qu’il avait, les loisirs, les sports qu’il pratiquait, la musique, le théâtre, etc… S’il passe vous voir un jour, donnez-lui l’occasion de se replonger dans cet univers d’avant et surtout, ne jamais lui donner d’argent ; c’est ce qui intéresse la secte.

 Aujourd’hui, votre ami, votre parent, votre connaissance est sortie de ce groupement sectaire :

C’est maintenant qu’il aura besoin de vous si malgré sa volonté de rupture avec vous et ses proches, vous êtes restés liés. Quitter son univers construit autour de mensonges par la secte est très difficile ; il faut doucement lui réapprendre le monde de tous les jours et ses charmes. Il faut l’aider à se réinsérer : retrouver un logement, un travail, des relations, des loisirs…
C’est comme s’il sortait d’une longue incarcération. Réapprendre à vivre libre, c’est long et difficile.

 

NOS SOLUTIONS

 Lorsque des personnes nous demandent d’intervenir dans ce type d’investigation, s’est avec une grande confiance sinon une parfaite connaissance de nos clients, de leur environnement familial que nous pouvons agir.

Notre mission consiste dans un premier temps à procéder à l’analyse d’une situation familiale donnée. Nous prenons connaissance du passé sinon du vécu des membres de la famille et des problèmes dans lesquelles elle se trouve désormais. Les aspects psychologiques des uns entre en jeux pour comprendre le comportement des autres. Et c’est justement là où se pose la genèse des problèmes qui sont à l’origine de cette rupture familiale et qui a conduit l’un de ses membres à rejoindre une secte.

Nous enquêtons sur les dirigeants de la secte, sur ses adeptes ou les ramifications d’autres sectes ou associations reliées à elle, nous obtenons des informations sur leurs aspects financiers et bancaires.
C’est bien souvent au fur et à mesure qu’avance nos recherches que se dessine alors à nos yeux de véritables entreprises spécialisées dans les escroqueries parfois en bandes organisées, orchestrées bien souvent par des gens très intelligents, doués dans la manipulation mentale, l’aliénation.

L’enquête terminée, nous rédigeons des rapports confidentiels circonstanciés des éléments et faits constatés avec des documents illustrant parfaitement nos constatations.

Nous transmettons directement nos rapports à nos requérants ou bien à leurs avocats si ceux-ci nous en font les demandes et ce, pour seule communication aux magistrats compétents.

 En effet, par dérogation à ce caractère confidentiel, nos comptes rendus de missions peuvent ainsi être transmis à des magistrats pour leur permettre d’apprécier, sous la réserve imposée par l’article 1353 du Code Civil, la valeur des renseignements recueillis.